Cosmopolite

Une Voix Pour Tous


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Un accord serait Négocié entre Hamas et Fatah

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

LA MECQUE (AFP) - Le président palestinien Mahmoud Abbas et le chef du Hamas Khaled Mechaal se sont dits déterminés mercredi à parvenir à La Mecque à un accord pour mettre fin à leurs luttes intestines, lors d'une réunion cruciale dans cette ville d'Arabie saoudite.

"Nous ne sortirons de ce lieu saint qu'après avoir conclu un accord" pour mettre fin aux affrontements sanglants entre le mouvement islamiste Hamas et le Fatah dans la bande de Gaza et favoriser la formation d'un gouvernement d'union nationale, a déclaré M. Abbas, chef du Fatah.




"Nous sommes venus pour nous entendre et nous ne quitterons pas ce lieu sans accord", a renchéri M. Mechaal.

Les deux délégations se sont réunies deux fois et ont retrouvé séparément en fin d'après-midi le chef de la diplomatie saoudienne, le prince Saoud Al-Fayçal.



Mohammed Nazzal, membre du bureau politique du Hamas, a affirmé s'attendre à un accord "dans les trois jours, au plus tard. Je suis optimiste à ce propos", a-t-il dit à l'AFP. "Tout le monde est d'accord sur le fait qu'il n'y a pas d'autre alternative que la réussite du dialogue", a-t-il ajouté.

Nabil Amr, conseiller de M. Abbas, s'est également déclaré "très optimiste". "A mon avis, nous pouvons parvenir à un accord dans les 48 heures, il n'y a pas de raison de ne pas (y) parvenir", a-t-il ajouté, précisant qu'il y avait "déjà eu un accord" sur la nomination d'indépendants aux postes de ministres des Finances et des Affaires étrangères.



Les discussions entre les deux parties ont jusqu'à maintenant achoppé sur l'attribution des principaux portefeuilles au sein du cabinet d'union en gestation et sur sa plate-forme politique.

Selon M. Nazzal, "le Fatah et le Hamas sont convaincus d'être à un tournant historique. Nous devons parvenir à un accord car l'alternative serait de s'entretuer".


M. Abbas, qui avait eu dès mardi soir des entretiens informels avec la délégation du Hamas à Djeddah, sur la mer Rouge, a indiqué être convenu avec M. Mechaal d'un ordre du jour portant sur "la formation d'un gouvernement d'union nationale, les bases d'un partenariat, la reconstruction de l'OLP (Organisation de Libération de la Palestine) et la consolidation de l'entente nationale".

Le refus du Hamas de renoncer à la violence et de reconnaître le droit d'Israël à l'existence, ainsi que les accords passés entre l'OLP et l'Etat hébreu, comme l'exige le Quartette (Etats-Unis, ONU, Russie et UE), a entraîné la suspension de toutes les aides financières occidentales directes à l'Autorité palestinienne, menaçant celle-ci d'asphyxie.

"Il incombe à la communauté internationale de respecter notre (prochain) accord, de reconnaître notre réalité palestinienne et de traiter sérieusement avec cette réalité", a lancé M. Mechaal, appelant les participants à mener leur dialogue sur "la base de l'entente, de la fraternité et de l'amitié".

Pour sa part, le Premier ministre palestinien Ismaël Haniyeh, lui aussi membre du Hamas, a appelé à "un accord sur un code d'honneur qui bannisse les affrontements (interpalestiniens) et renforce l'unité nationale".

Les combats opposant le Fatah de M. Abbas au Hamas, qui contrôle le gouvernement palestinien depuis mars 2006, ont fait 66 morts depuis le 25 janvier, alors que la crise politico-financière dans les Territoires palestiniens est sans précédent.

"Nous devons annoncer un accord (...) qui protège notre unité, notre projet national et établisse un véritable partenariat entre le Hamas et le Fatah", a affirmé M. Haniyeh.

Mais, a-t-il souligné, "nous voulons un accord global, pas un accord partiel pour mettre fin à la tension".

Les deux délégations devaient reprendre leurs discussions dans la soirée.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum